Pantalon d'Antoinette

Pour acheter un article de la chambre, c'est par ici

1. CRÉATION

Nous avons fait, comme pour la première capsule, appel à toute la famille d’Annabelle pour les essayages. Nous voulions créer un pantalon loose et confortable, le pantalon qu’on a envie de mettre tous les jours et on regrette de devoir le mettre à la machine à laver alors on sent une dernière fois pour être sure qu’on peut pas le remettre encore. Oh. Il sent encore bon… Merde j’ai fait une tache. Pas de stress, il y a deux coloris pour deux fois plus souvent de confort méson.


2. TISSU

 

Le tissu d’une incroyable qualité vient de chez Libeco, une marque de linge de maison Belge. Si, contrairement à nous, quelque chose aime bien la pluie c’est bien le lin ! C’est grâce à cela qu’il pousse merveilleusement bien dans le nord de la France, aux Pays-Bas et en Belgique où 80% de la production mondiale s’y passe. Saviez-vous que la floraison d’une fleur de lin ne dure qu'une seule journée ? On en apprend des choses en lisant méson non ? Si vous voulez en savoir plus, je vous conseille d’aller jeter un oeil sur le site de Libeco. Nous avons été chercher les invendus de draps de lit et pour être totalement transparentes avec vous, nous avons également récupérer des chemins de table et des nappes en lin chez eux... Il y a donc un peu de la salle à manger dans la chambre de méson. Certains de ces invendus étaient stockés chez eux depuis presque 10 ans. Nous, on a décidé de leurs donner un nouvel objectif.  Puis être un vêtement, c'est quand même plus excitant qu'être un drap non ? On rencontre plus de monde, fin, de manière générale.  Alors, si on est un textile sociable, c'est plus cool.

 

3. PRODUCTION

La production, c’est Montse qui s’en charge. Montse nous l’avons rencontrée grâce au MAD Brussels et nous adorons travailler avec elle ! Pour réaliser cette chemise, Montse prend trois heures qui reprennent la découpe, l’assemblage, la ceinture, des étiquettes,... Les étiquettes du pantalon viennent des Pays Bas, ce sont celles que nous avions trouvées pour la première capsule mais nous sommes sur le coup pour trouver un fournisseur belge.

 

POUR RÉSUMER

Nous avons été chercher les invendus de linge de maison en lin à Meulebeke (d'ailleurs pour la petite histoire, un ami qui a accepté de nous accompagner pour porter les caisses, pensait que nous allions à Molenbeek, sauf que c'était un peu plus loin...). Ensuite nous avons stocké les caisses dans un endroit ultra secret à Ixelles. Nous avons fait notre choix pour ensuite apporter la matière première à Etterbeek, chez Monste. L'élastique vient du centre de Bruxelles, dans un magasin qui est un peu le paradis pour nous car on y trouve de tout. Les étiquettes viennent de Heeze, au Pays-Bas. C'est 23 heures et 35 minutes à pieds pour y aller, à défaut d'avoir de bonnes chaussures, nous avons demandé à la poste de s'en charger. Ensuite tout est mis en paquet dans notre atelier/ancienne chambre d'Annabelle à Schaerbeek.

 

Le saviez-vous ?

On tenait à vous partager une petite histoire. Il était une fois, la révolution, à ce moment-là, la culotte symbolise l'Ancien Régime, et le pantalon les temps nouveaux. En 1800, période de retour à l'ordre après les troubles de la Révolution, une ordonnance de police de la préfecture de Paris interdit aux femmes de porter le vêtement masculin. En effet, le pantalon est d'une part un vêtement fermé, contrairement à la jupe qui souligne l'accessibilité du sexe féminin. Scandaleux non ? Par ailleurs, le pantalon est bien plus pratique que le vêtement féminin encombrant, qui superpose jupons, sous-vêtements, corset et porte-jarretelles, privant la femme de mobilité, renforçant sa supposée faiblesse physique. Une autorisation pour le port du pantalon peut toutefois être demandée si elle est justifiée par un certificat médical. Src : le fameux, l'incontournable Wikipédia

 

On est bien contentes de vous proposer le pantalon de la révolution. Fiiiiinnn vous voyez quoi, un pantalon léger, confortable, responsable et durable.

Ecrire un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés