Oversize

1. CRÉATION

Un t-shirt en essuie, nous le voulions depuis le début. Mais nous avions un peu abandonné l'idée car le tissus éponge est une matière très peu extensible ce qui rend son enfilage assez sportif. On nous avait conseillé de faire une fente mais nous voulions un col le plus neutre possible. Montse, notre couturière nous a également conseillé de coudre un scratch/velcro sur l'épaule, en nous assurant que celui-ci ne serait pas visible. Nous lui avons demandé de créer deux prototypes : le premier avec un col assez large pour pouvoir passer la tête (même une grosse) sans soucis. Le deuxième prototype avait un col plus large mais pouvait s'enfiler grâce au scratch. 

2. RÉFLEXION

Une fois que nous recevons les prototypes nous avons un petit rituel. La première chose c'est que nous l'enfilons pour essayer. Ensuite nous passons aux essayages sur la famille d'Annabelle.

Nous prenons quelques photos et nous discutons des choses à changer. Le premier, avec le col large, faisait très féminin. Le deuxième avec le scratch nous l'avons assez vite adopté mais la question de la durabilité du velcro s'est alors posée. Pour s'assurer de la durabilité du matériaux, nous avons contacté des couturières, stylistes mais aussi des merceries. Le tout est de faire attention lors du lavage ; 40° idéalement et le scratch bien fermé ! Pour plus de douceur, passez le t-shirt au séchoir, mais n'en abusez pas, c'est pas très éco-cool.

3. TISSU

"Où existe-t-il des serviettes de bain en grosse quantité qui sont jetées ?". Pour chercher notre matière première "déchet" nous avons d'abord contacté des hôtels à Bruxelles. Nous remarquons assez vite que ceux-ci ont des partenaires qui gèrent leur linge. Après quelques journées de mails et de recherches FBI pour trouver notre fournisseur idéal, nous rencontrons Lionel qui travaille chez Blycolin. Blycolin est une entreprise située à Lier, près d’Anvers, qui s’occupe notamment de la gestion de linge des hôtels et centres de bien-être. Bien évidemment, l’entreprise ne peut pas se permettre de proposer du linge usées, tachées ou pourvues d’un ou plusieurs petits trous à ses clients. C’est là que nous intervenons et décidons de lui donner un autre objectif de vie : habiller vos étés de avec style. 

Il est important de se rendre compte faire de l'upcycling, c'est un énorme travail de tri, c'est localiser la moindre tache, le moindre défaut. Nous avions un peu sous-estimé le temps que cela nous prendrait d'inspecter chaque serviette une par une... C'est un travail tatillon.

3. PRODUCTION

Nous avons rencontré Montse via le MAD Brussels, l'institution de la mode et du design en Belgique. Nous allons dans son appartement à Etterbeek, là où se trouve son atelier également. Ce qui est parfait, c'est que c'est à équidistance entre chez Annabelle (Schaerbeek) et Thaïs (Ixelles). Montse, elle est très douce et on adore passer chez elle, souvent elle nous accueille avec son mari. Ils ont deux enfants et souvent, nous procédons aux essayages dans la chambre de son fils.

Pour résumer 

Composition serviette de bain : Coton mais peut contenir du polyester.

Résumé de mes trajets : Le début de mon aventure commence en voiture de Anvers à Bruxelles, ensuite je me repose quelques semaines chez Annabelle pendant que mes créatrices font quelques trajets jusqu'à Etterbeek pour peaufiner mon prototype. Une fois les précommandes cloturées, je suis confortablement installé dans une boite pour venir jusqu'à toi. Que notre aventure commence !

Ecrire un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés